logo-impression
  • Posté le 10 octobre 2018 / 99 visites

La CGT douanes lance un jeu vidéo dénonçant les suppressions de postes

Face aux centaines de suppressions de postes annuelles dans leur secteur, la CGT des agents des douanes alerte la presse et le public, médiatise ce combat avec un jeu vidéo.

Dans le cadre de sa campagne pour les élections professionnelles dans la fonction publique, la CGT Douanes a fait le choix d’un dispositif étonnant pour illustrer les missions et alerter sur les baisses d’effectifs, y compris auprès d’un public plus large : avec un jeu vidéo !

À vous de jouer :
game.cgtdouanes.fr

Pour Manuela Donà, c’est une manière ludique, mais forte de « défendre avant tout les missions et la présence sur les territoires, en dénonçant une absence totale de vision à long terme pour le service public douanier ». Elle rappelle également que la CGT Douanes a réussi à obtenir en Conseil d’État que six arrêtés ministériels de fermetures de bureaux des douanes soient retoqués.
Un travail de fond dans la longue durée, qui a permis de faire du syndicat la première organisation des douanes, avec plus de 22,5 % des voix aux dernières consultations.

Car les douaniers sont une espèce menacée. Pourtant au cœur des dispositifs d’échanges commerciaux européens et mondiaux, les douanes françaises se réduisent à peau de chagrin. La marche forcée vers un corps de douane réduit à la portion congrue « entamée depuis 1993 » par les pouvoirs publics continue. Ce sont près de « 6000 postes qui ont disparu en 20 ans, représentant plus d’un cinquième des effectifs », indique Manuela Donà, secrétaire générale de la CGT Douanes (Snad).
Le (contre) modèle allemand

À l’inverse de ces suppressions de postes annuelles françaises, l’Allemagne offre un autre visage sur cette question tient à signaler la secrétaire générale : « le pays a fait le choix de maintenir et développer ses douanes, dans un renforcement de son service public. » Une différence notable de situation qui s’explique assez facilement. « En France, il y a une volonté politique de supprimer des postes à la douane vue comme presque inutile depuis l’entrée en vigueur des accords de Maastricht au motif de la libéralisation des marchés, et une rationalisation économique affichée par les différents gouvernements. Les douanes participent, comme les autres services publics à l’effort national ».

Un effort qui se traduit par 350 à 400 suppressions par an depuis. L’Allemagne, elle, a compris que l’ouverture des frontières représentait également un risque de fraude accru et a donc choisi de ne pas désinvestir ce champ, y compris parce que « c’est un choix pour protéger son économie ».
Le syndicat mène campagne

Dans ses visuels, la CGT Douanes brasse les missions qui sont les siennes et les réalités d’un service public dont on aurait tendance à ne retenir que les clichés. Protection contre les contrefaçons — mais pas seulement de sacs Chanel ou de valise Vuitton, de jouets pour enfants —, lutte contre les trafics d’animaux donc, interceptions de produits illégaux (drogues, armes)…

Les douanes, en plus de l’image appréciée des politiques et des autorités de police de saisie de drogues ou d’armes, ont des missions diverses, dont une pourtant méconnue : la préservation de l’environnement. Elle faisait partie des visuels-chocs sortis par le syndicat – un par semaine pour sa campagne sur 12 semaines – présentant les missions des douaniers. On peut y voir un éléphant mort. « Animaux morts et vivants, variétés de plantes… On doit lutter contre les trafics de la faune et de la flore. C’est une mission essentielle, mais pour laquelle nous manquons de moyens. À Roissy, alors que la législation le prévoit, nous n’avons pas de zone de quarantaine pour isoler les animaux. » Un manque qui peut paraitre trivial, mais qui vient en contradiction flagrante avec la mission des douanes, Manuela Donà fait ce constat invraisemblable et glaçant : « on doit lutter pour la préservation des espèces protégées, et on se retrouve à devoir euthanasier des animaux, par manque de moyens. » Le trafic d’espèces vivantes protégées, comme celui des œuvres culturelles reste largement ignoré.

Mais il y a également, la participation au fonctionnement de l’État, puisque les actions de la douane permettent 15 % de ses recettes   ! Notamment dans le combat contre l’évasion fiscale, où ce sont près de 18 milliards d’euros qui ont été récupérés. « Ce que j’ai l’habitude de dire c’est qu’un douanier rapporte 7 fois plus que ce qu’il coûte », ajoute en souriant Manuela Donà.

Point d’orgue de cette campagne peu ordinaire : un jeu vidéo. En plus des visuels et pour illustrer les enjeux d’un service public douanier, il permet de voir tout ce à quoi sont confrontés les douanières et douaniers : armes à feux, fruits et légumes, matières dangereuses, produits contrefaits, aliments non homologués… Le but est de rattraper tous ces objets qui tombent, le score augmentera, mais le nombre de douaniers baissant au fur et à mesure, les produits arrivent de plus en plus vite, fatalement, on en rate de plus en plus.

Article publié sur www.nvo.fr


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.