logo-impression
  • Posté le 27 juin 2019 / 206 visites

La liquidation des missions douanières serait-elle « en marche » ?

Alors en pleine préparation du conflit douanier, une ordonnance est parue en date du 06/02/19 relative au retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne en matière de transport routier de personnes et de marchandises et de sûreté dans le tunnel sous la Manche. Celle-ci permet à des entreprises privées, sous conditions d’habilitations, de faire les contrôles de sûreté.

Dès le 12 mars, lors de la première réunion de négociation, le Ministre a brandi la menace de la perte de la mission de sûreté pour faire pression sur les agents !

À peine plus d’un mois après la signature du protocole de sortie de conflit, le couperet tombe !!!

468 emplois concernés en Douane par cette mission

que l’État vient de vendre au privé !

C’est ça, la loi de transformation de la Fonction Publique « en marche » !!

La rumeur dit également que pour reclasser les agents qui faisaient de la sûreté dont l’emploi sera supprimé et qui ne pourront être replacés sur les missions restantes, une nouvelle brigade pourrait voir le jour à Roissy…

Et comme la rumeur est souvent précise, ces mesures pourraient être
mises en œuvre au 01/01/2020… autant dire que c’est demain !

C’est ainsi que l’on traite les douaniers, par le mépris, la circulation d’informations en dehors de tout cadre institutionnel.
C’est ainsi que l’on traite la maison douanes. En liquidant les missions : la sûreté, le recouvrement, le dédouanement, la fiscalité, etc.

Que restera-t-il demain de nos si nobles missions douanières de protection de la santé et de la sécurité des citoyens par la lutte contre toutes les fraudes, de la protection de l’économie, de la protection des recettes de l’État, de la protection des espèces et de l’environnement…
L’État va-t-il tout brader à des entreprises, des agences ?

Le SNAD CGT réaffirme haut et fort, et le fera auprès des parlementaires, de la presse et des citoyens, que l’administration des douanes :

  • doit renforcer ses effectifs de 1000 emplois par an jusqu’en 2022
  • doit renforcer ses missions de contrôle pour mieux protéger les citoyens
  • doit renforcer ses missions fiscales
  • doit renforcer ses missions économiques
Si ce ne sont pas les douaniers, qui le fera ?



Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.