logo-impression
  • Posté le 1er février 2018 / 78 visites

Petit rappel juste avant le comité technique de Rouen

Alors que va se tenir aujourd’hui le comité technique de la DI de Rouen, lequel évoquera les plafonds autorisés d’emplois et les effectifs de référence, la section du SNAD CGT du Havre a tenu a rappelé que ce sont les effectifs réels qu’il faut regarder...et c’est pas joli joli...

2017 : ANNUS HORRIBILIS pour la DR du HAVRE !
À la Direction Régionale des Douanes du Havre, 2017 a été une année noire pour les douaniers.

En effet, les conditions de travail des bureaux se sont encore nettement dégradées.
Aucun bureau ne semble épargné par une vie au travail qui ne cesse de se déliter.

Secteur OCÉAN : un service en surchauffe permanente !

Premier de ces bureaux par l’importance de son trafic, le secteur OCÉAN est au bord de la crise de nerfs. Le sous-effectif chronique de ce bureau n’a fait que s’accentuer et oblige les agents à de véritables cadences infernales pour atteindre les objectifs en terme notamment de contrôles physiques.
Cette situation ne peut plus durer sans mettre gravement en cause la santé des agents.

Aucune gestion prévisionnelle des effectifs notamment pour palier aux mutations ou aux départs à la retraite n’est engagée par Monsieur Lambert qui ne sait agir que pour rappeler les chiffres des objectifs attendus de ce bureau. Aujourd’hui cette situation explosive met aussi bien les agents que la hiérarchie intermédiaire
dans des conditions de stress et de fatigue qui ne peuvent plus durer.
Dans de telles conditions indignes, les agents de ce secteur ont fait preuve en 2017 d’un grand professionnalisme en réalisant de très belles affaires qui ont mis à l’honneur notre Direction Régionale.

Malheureusement le résultat de ce dévouement n’a pas le résultat escompté car Monsieur Lambert considère certainement que l’on peut faire mieux avec moins de moyens notamment en effectif ; en optimisant les moyens, selon la formule consacrée.

La situation va certainement continuer de se détériorer puisqu’aucune sortie de stage contrôleur ne sera affectée au Havre. Trois contrôleurs à la visite sont retraitables et vont demander à partir à la retraite dans quelques semaines ou quelques mois, c’était donc le moment idéal d’affecter plusieurs contrôleurs en sortie de stage qui auraient ainsi eu le temps de se former et de bénéficier de l’expérience des anciens. C’est donc une occasion gâchée qui aura de lourdes répercussions sur le service de la visite de l’Océan ! Nous interpellerons le CHSCT de ce qui ne manquera pas d’arriver pour la santé des agents.

De là à imaginer que notre Directeur Régional n’a pas demandé de personnel pour ne pas contredire les objectifs de réductions budgétaires ministériels … il n’y a qu’un pas !

Secteur EAT : un secteur sacrifié !

Monsieur Lambert a décidément une très curieuse manière de « gérer » les effectifs. Après l’épisode très anxiogène vécu par les agents suite au problème d’amiante lié, selon ses propres termes, à la défaillance de la Direction Régionale, celui-ci a mis en oeuvre -courageusement et en très grand communicant- au moyen d’une note interne (tableau des mutations interne), le dépouillement du service de l’EAT.
25 % d’effectif en moins à la prise en charge de l’EAT : il est où le problème ?

En supprimant deux emplois à la prise en charge du secteur de l’EAT, sans aucune concertation, pour augmenter d’une personne les effectifs du secteur OCEAN, notre Directeur ne fait aucunement preuve de clairvoyance. En déshabillant Pierre pour habiller Paul, sa gestion des effectifs est un non-sens d’autant plus que le trafic de l’EAT est en augmentation substantielle (12 % de conteneurs en plus en 2017 tant à l’export qu’à l’import par rapport à 2016, nombre de contrôles Wildcat en forte augmentation +125 %). De plus, de nouvelles compétences viennent lui être données avec la sectorisation à l’EAT des avitaillements de la société les Embruns.
Même si le trafic de l’EAT n’est pas comparable à celui de l’OCÉAN (qui pourrait le nier ?), la diminution de 25 % du nombre des agents de la prise en charge au premier mars va entraîner un seuil de non fonctionnement de ce service notamment en période de congés.

Nous attendons donc que notre Directeur nous liste précisément les tâches que la prise en charge ne pourra plus faire, comme il s’y est engagé, lors de notre audience du 14 décembre, car il ne s’agit pas de dire, mais de faire concrètement en prenant par écrit les mesures qui s’imposent.

L’avenir de l’EAT est donc clairement menacé. En procédant à un rééquilibrage des effectifs entre ces deux secteurs, Monsieur Lambert considère simplement l’EAT comme une variable d’ajustement.

Ce faisant il met gravement en péril ce service qui ne pourra plus fonctionner en l’état mettant ainsi en grand danger la cohésion sociale du bureau.
Pourtant, les agents et l’encadrement local de ce service ont proposé plusieurs fois, afin de sauvegarder cette cohésion, un autre rééquilibrage, notamment au niveau des compétences et des terminaux : à chaque fois ces propositions légitimes et pertinentes ont été refusées sans aucune justification.

Le CREPS : un service négligé, un service oublié !

Malgré la bonne volonté des agents, ce service continue son déclin, en témoigne la dégradation des conditions de travail.
Pour se justifier de la baisse des effectifs, Monsieur Lambert nous a affirmé qu’il avait renforcé le service d’un catégorie A : pourquoi pas ? Mais l’urgence et la priorité passaient par le renforcement des cellules par l’affectation d’agents en particulier la cellule camion dans laquelle les 2 agents en poste ne savent plus comment faire pour gérer le contrôle des scellés, le guichet, le téléphone, les
objectifs et … si cela intéresse la hiérarchie … l’organisation de leur vie personnelle (congés, maladie, formations, temps partiel etc …)

La complexité des tâches de ce bureau est une véritable source anxiogène pour ses agents et le sous-effectif chronique est là aussi une réelle évidence. Depuis plusieurs mois, les agents réclament des instructions lors des RMI et la venue de la divisionnaire … Lettre morte hélas !

Agacée par si peu de considération, la CGT a demandé au Directeur de se déplacer dans le service afin d’assumer ses responsabilités. Gentiment, il s’est plié à l’exercice.
Pour autant, les agents du CREPS sont comme sœur Anne, ils ne voient toujours rien venir en terme d’effectifs et d’amélioration de leurs conditions de travail !
De la théorie à la pratique il n’y a qu’un gouffre !

Le bien être des agents est une des responsabilités du Directeur et malheureusement celui-ci ne semble pas en prendre la mesure. Ses rares apparitions dans les services et sa gestion des personnels toute « théorique » sans tenir compte des réalités du terrain notamment les énormes besoins en formation des agents que l’on déplace sur un autre poste du jour au lendemain. En effet la technicité des postes est de plus en plus grande et passe par la maîtrise de la réglementation sans cesse évolutive et des applications informatiques qui se renouvelle sans cesse avec une formation quasi inexistante !!

Qui peut croire un seul instant qu’il suffit, par l’affectation rapide d’un agent, de « boucher un trou » laisser vacant par un agent parti en retraite pour régler le problème ? En théorie, oui, mais ce n’est pas la théorie qui remplit les objectifs !!! À chacun de s’adapter … ou pas !

Tous les services de la Direction Régionale sont peu ou prou impactés par des conditions de travail délétères (HAB, SME, CROC, SRE, CCR, PEB …) en raison d’un effectif au couteau souvent insuffisant.

Il n’est jamais trop tard pour prendre les bonnes résolutions !

Hélas, à l’heure où nous écrivons ce tract, seuls 5 contrôleurs SURV arrivent au Havre et 0 en OP/CO. Est ce là une vision cohérente de notre hiérarchie pour le service public douanier Havrais ? Non … seulement une gestion à la petite semaine sans aucune anticipation à long terme !

Mais … est-ce vraiment encore du ressort de notre Directeur dont le poste était sur la BIEP (Bourse Interministérielle de l’Emploi Public) mais ne l’est plus … il a certainement trouvé preneur !!!

Cela pourrait justifier son désintérêt des problématiques Havraises !

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.