logo-impression
  • Posté le 4 juin 2021 / 14 visites

Déclaration de boycott au CHSCT de Corse du Sud du 03 juin 2021

Monsieur le Président du CHSCT de Corse du Sud,

Le SNAD CGT de Corse vous informe que celui-ci a décidé, avec l’ensemble des OS convoquées, de ne pas siéger au CTSD du 01 juin 2021 prévu à Marseille. Suite au transfert des missions fiscales douanières, notamment du DAFN, le directeur interrégional devait acter à cette occasion, pour la direction régionale des douanes de Corse, la suppression de 4 agents sur 8 du bureau des douanes d’Ajaccio, sans possibilité de reclassement douanier sur la résidence d’Ajaccio, sans garantie sur la gestion des surnombres, sans signature pour le moment d’un protocole de reclassement DGDDI/DGFIP, sans garanties solides sur l’accompagnement social, et sans base juridique.

De plus, avec 2 agents ayant des activités syndicales estimées et reconnues par l’Administration à 0,7 ETPT, avec un agent à temps partiel, avec deux agents RQTH ayant des absences régulières pour soins médicaux, et avec une charge de travail accrue en dédouanement en raison du Brexit et des DCN, le bureau survivant d’Ajaccio se retrouvera inéluctablement dans l’incapacité de fonctionner correctement. Ainsi, les 4 agents demeurant en poste seront sous pression constante, en situation de souffrance au travail avec aucune marge de manœuvre possible. La pérennité du bureau d’Ajaccio semble donc illusoire dans ces conditions, avec de futurs burn-out en perspective !!!

Le passage de 8 à 4 agents au bureau d’Ajaccio dans ces conditions désastreuses, tant pour les agents sortants que restants, additionné à la suppression de la Brigade de recherche de Corse et au devenir incertain du bureau des douanes de Bastia en 2024, sont inconcevables pour le SNAD CGT.

De surcroît, ces annonces angoissantes s’ajoutent au climat anxiogène et délétère régnant depuis de nombreux mois au sein de la direction régionale des douanes de Corse. Face aux pressions permanentes de la hiérarchie, les douaniers de la circonscription se retrouvent déjà très fragilisés, cette situation critique s’illustrant parfaitement avec l’ordre du jour du CHSCT : multiples fiches de signalement, saisies à répétition des cahiers hygiènes et sécurité, arrêts maladie, sans oublier la demande de mise en place d’une démarche BEAT au dernier CHSCT du 09 mars 2021, restée malheureusement lettre morte à ce jour.

Trop, c’est trop !

Face à ce constat catastrophique sur la santé des agents, nous avons pris la lourde responsabilité, Monsieur le Président, de ne pas siéger à ce CHSCT afin de marquer la gravité du moment vécu par nos collègues. En outre, nous réitérons notre souhait de voir la mise en place d’une procédure BEAT.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.