logo-impression
  • Posté le 19 avril 2019 / 112 visites

Déménagement de la BSITM à Jaurès ?

Quand le remède est pire que le mal !

Lors d’une récente réunion de service dans les locaux de la BSITM, le directeur interrégional nous avait assuré, la main sur le coeur, qu’il travaillait à une solution de relogement des locaux dans les murs des hôpitaux Widal ou Lariboisière qui sont à quelques dizaines de mètres des locaux actuels de la brigade.

Or nous apprenons, avec effarement, que les locaux seraient en fait déménagés avenue Jean Jaurès !

Un rapide détour sur une application de cartographie en ligne nous apprend que l’Avenue Jean Jaurès est longue de presque deux kilomètres. Et l’observateur le plus attentif remarquera rapidement qu’au plus proche, cette avenue et les locaux de la BSITM sont séparés d’un kilomètre et demi.

Ainsi, le Directeur Interrégional offre aux agents une possibilité de relogement sans tenir compte des contraintes de la vie d’une brigade.

Imagine-t-il véritablement que des agents en uniforme vont circuler à pied sur au moins un kilomètre et demi, dans un quartier où la délinquance est forte ? Autant leur mettre directement une cible dans le dos !

Il pense peut être que les agents pourront faire le trajet en véhicule de service, mais dans ce cas, il faudra envisager d’étendre les heures de services en fonction des difficultés de transport dans le quartier, car on ne circule pas dans Paris comme sur une nationale de province et les retards dus à la circulation seront nombreux, sans compter les allers-retours pour récupérer un agent en retard.

Ou alors il suppose que les agents prendront le métro – il n’y a que quatre à six stations de distance, mais toujours en uniforme et l’Administration ne prend pas en charge la totalité des frais du passe Navigo.

De plus, puisque la prise de service se fait à 5h45, et compte tenu par la suite du temps de trajet Jaurès-site Eurostar, à quelle heure se fera la prise de service ? Avant 5h45 très certainement, et comment ? Eurostar est-il prêt à payer le taxi tous les matins aux agents ? (ouverture du métro à 5h30)

Dans quel local les agents prendront -ils leurs pauses ? Sûrement pas au lounge Eurostar !

Comment cela se passera pour les personnes qui devront faire une cessation de service dans le cas d’un enfant malade à l’école par exemple ? On re-déplace en véhicule 3 agents en uniforme ?

Cette proposition est une mascarade !

Monsieur le Directeur Interrégional, la CGT Ile de France a l’impression que vous n’avez pas entendu, ou pas compris, la colère des agents. A moins que vous ne connaissiez pas du tout votre penthière ou que vous vous moquiez de la situation des agents ?

Pourquoi ne pas avoir envisagé de reloger cette brigade à Bordeaux, Saint-Pierre-et-Miquelon ou Johannesburg ?

Quid de la consultation obligatoire réglementaire du CHS-CT et du CT ?

Au delà de ce déménagement, du conflit qui perdure dans notre administration depuis sept semaines, du peu de cas que l’on a fait de ce service pendant des années, le constat pour la BSITM est celui d’une situation particulièrement dégradée et inquiétante.
Les nombreuses annotations sur le registres CHS-CT, sur les rapports de service attestent d’une grande tension, d’une défiance vis à vis de la haute hiérarchie (DI, DR, divisionnaire) ainsi que d’Eurostar qui s’évertue à mettre tous les dysfonctionnements sur le dos des douaniers.

Il est impératif que cela cesse avant qu’un drame ne survienne. Il est impératif que la Douane soutienne ses agents, même et surtout quand les pressions qui peuvent s’exercer au plus haut niveau politique sont fréquentes.

La CGT demande au directeur interrégional de revoir immédiatement son jugement et de chercher une véritable solution adaptée aux problèmes de logement de la BSITM.

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.